• Achard (Marcel)
    A Martine Carol, qui lui disait « j’ai un pied à Paris et un autre à Nîmes », Marcel Achard répondit avec classe et une bonne connaissance de la géographie :
    « j’aimerais habiter à Lyon ».


    WOODY ALLEN,
    L’éternité c’est long, surtout à la fin !
    A un journaliste qui lui demandait ce qu’il aimerait qu’on dise de lui dans 100 ans : « Il se porte bien pour son âge ! »

    Aragon (Louis)
    Un beau jour, l’avenir s’appelle le passé. C’est alors qu’on se retourne et qu’on voit sa jeunesse.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    Je ne bois jamais à outrance, je ne sais même pas où c'est.  
     
    Parler à un con, c'est un peu comme se masturber avec une râpe à fromage : beaucoup de souffrance pour peu de résultat.

    L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne !    
     
    Je n'ai jamais abusé de l'alcool, il a toujours été consentant.  
     
    Si vous parlez à Dieu, vous êtes croyant... S'il vous répond, vous êtes schizophrène.   
     
    5 fruits et légumes par jour, ils me font marrer... Moi, à la troisième  pastèque, je cale.

    L'alcool tue mais combien sont nés grâce à lui ?  
     
    Un jour j'irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien.   
     
    La médecine du travail est la preuve que le travail est bien une maladie !  
     
    Le Lundi, je suis comme Robinson Crusoé, j'attends Vendredi.   
     
    IKEA est le meilleur prénom pour une femme : suédoise, bon marché, à emmener aussitôt chez soi et facile à monter.  

    Dieu a donné un cerveau et un sexe à l'homme mais pas assez de sang pour irriguer les deux à la fois.  
     
    La lampe torche. Le PQ aussi.
     
    La pression, il vaut mieux la boire que la subir.

    Jésus changeait l'eau en vin... et tu t'étonnes que 12 mecs le suivaient partout !
     
    Si la violence ne résout pas ton problème, c'est que tu ne frappes pas assez fort.   
     
    Zoé demanda à Robinson de la croire et Robinson Cru...Zoé.

    Travailler n'a jamais tué personne mais pourquoi prendre le risque ?

     

    Merci Bullou, je rajoute tes citations

    Quand je regarde la poitrine d'une femme, je vois double !

     Si haut qu'on monte, on finit toujours par des cendres ...

    Le confort ménager corrompt : un homme droit est un homme qui n'a pas d'évier ...

    L'argent est plus utile que la pauvreté, ne serait-ce que pour des questions financières ...

    Un sens interdit, en somme, ce n'est qu'un sens autorisé mais pris à l'envers ...

    Quand vous ne regardez rien, pensez à retirer vos lunettes !!!

    Si tu parles à ton eau de Javel pendant que tu fais la lessive, elle est moins concentrée


    10 commentaires
  • Un mail qui mérite d'être partagé

     

    Lady Astor apostropha un jour Winston Churchill : 
    « Monsieur Churchill, vous êtes ivre ! » 
    Réplique de Churchill : 
    « Et vous, Madame, vous êtes laide... Mais moi, demain, je serai sobre ! »
     
     

     


    Cindy Crawford à Amanda Lear lors d'un cocktail : 
    « Merci de m'avoir envoyé votre livre, je l'ai adoré. Mais dites-moi, qui vous l'a écrit ? » 
    Réplique d'Amanda : 
    « Je suis ravie que vous ayez apprécié mon livre. Mais dites-moi, qui vous l'a lu ? »
     
     

     


    Le Prince de Conti était fort laid. Aussi sa femme le trompait sans vergogne. Un jour, en partant, il lui dit : 
    « Madame, je vous recommande de ne pas me tromper pendant mon absence. » 
    Réplique de sa femme : 
    « Monsieur, vous pouvez partir tranquille : je n’ai envie de vous tromper que lorsque je vous vois. »
     
     

     


    Churchill fit un jour la remarque suivante à son George Bernard Shaw (alors très maigre contrairement à ce premier de forte corpulence) :
    « À vous voir, tout le monde pourrait penser que la famine règne en Angleterre. » 
    Réplique de Shaw : 
    « À vous voir, tout le monde pourrait penser que c'est vous qui en êtes la cause. »
     

        


     
    Lors d'une visite du palais de Blenheim (maison ancestrale de la famille Churchill ), Lady Astor, l'icône féministe, se retrouva à discuter des droits des femmes avec Winston Churchill, qui n'était pas réputé pour son affection pour le sujet. 
    Au sommet de leur désaccord, Lady Astor s'écria : 
    « Winston, Si j’étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre ! » 
    Réplique du tac au tac de Churchill : 
    « Eh bien moi, Nancy, si j’étais votre mari, je le boirais ! »
     
      


    Sacha Guitry et Yvonne Printemps, son épouse du moment, se promènent dans un cimetière. 
    « Lorsque vous serez là, on pourra écrire sur la pierre : Enfin froide, » déclare galamment le spirituel Sacha. 
    « Et quand vous y serez, sur la vôtre on pourra écrire : Enfin raide. «
     
      


    Je ne sais plus quel animateur de télé pose cette question fondamentale à Michel Blanc :
    « Être chauve, est-ce un handicap ? » 
    « Je suis chauve, mais j'ai une queue de cheval ! »
     

      
    Au Conservatoire national d'art dramatique, Louis Jouvet, professeur, à François Périer, jeune élève : 
    - Si Molière voit comment tu interprètes ton Don Juan, il doit se retourner dans sa tombe. 
     Et Périer de répliquer du même ton : 
    - Comme vous l'avez joué avant moi, ça le remettra en place.
     
     

     


    Anna Tyskiewicz, future comtesse Potocka, cachait avec soin un strabisme divergent. 
    Mais Talleyrand, le plus célèbre pied-bot de l'Histoire, connaissait cette infirmité. 
    Un jour, elle s'avisa de lui demander : 
     - Comment allez-vous, Prince ? 
    - Comme vous voyez, madame, répondit Talleyrand.
     
     

     

    Lors d'un échange entre les deux rivaux politiques du 18ème siècle, John Montagu, Comte de Sandwich, et le réformiste John Wilkes. Montagu dit à Wilkes : 
    « Monsieur, je ne sais pas si vous mourrez sur l'échafaud ou de la syphilis. » 
    Réplique de Wilkes : 
    « Cela dépend, monsieur si j'embrasse vos principes ou votre maîtresse. »

     


     
    -« Le maréchal va beaucoup vous manquer…» dit-on à l’épouse du Maréchal de Boufflers après qu’il fut décédé. 
    -« Peut-être. Mais au moins, je saurai où il passe ses nuits » réplique-t-elle.
     
     

      


    Monsieur de Rivarol, combien d’années me donnez-vous ? » demandait une vieille coquette à l’homme célèbre. 
    Réponse : 
    -«Pourquoi vous en donnerais-je Madame ? N’en avez-vous donc pas assez ?"
     
     

     

     
    A la fin d'un dîner organisé par Winston Churchill, le maître d’hôtel du héros de la guerre présente la cave à cigares aux invités. L’un d’entre eux, sans le moindre scrupule, en prend cinq, les met dans sa poche et déclare : 
    "C’est pour la route. » 
    « Merci d’être venu d’aussi loin, lui lance Churchill. »


    4 commentaires
  • Raymond Devos
    Si ma femme doit être veuve un jour, j'aimerais mieux que ce soit de mon vivant.
    Un croyant, c'est un antiseptique.
    Un jardinier qui sabote une pelouse

    Lire la suite...


    15 commentaires
  • Test d'intelligence gouvernemental

    Lire la suite...

    Pin It

    9 commentaires
  • Je suis plus attiré par les fleurs que les légumes, mais  j'avoue que j'ai un petit faible
    pour les citrouilles,  particulièrement pour la variété vietnamienne.

     

    Lire la suite...

    Pin It

    13 commentaires
  • Le jour où le gouvernement créera un impôt sur l’imbécillité, il deviendra autosuffisant.

    L'idéal, ce serait de pouvoir déduire ses impôts de ses impôts.

    Lire la suite...


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique