• Laon ville de 26 000 habitants est la préfecture de l'Aisne.

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    Culminant à plus de 100 mètres au dessus de la plaine, la cité médiévale fortifiée de Laon est visible à des kilomètres à la ronde.
    Voir photo

    On la surnomme "Montagne couronnée"

     

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge
    Lorsque l'on arrive aux abords de la ville haute, les immenses remparts qui s'offrent à nous témoignent de l'importance de
    cette cité.


            

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge
    Sur les 7 kilomètres de remparts, il y  avait autrefois 10 portes pour accéder à la cité.

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    De nos jours il ne reste que 3 portes.
    En photo:

    la porte d'Ardon                                                                                                             

     

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âgeDurant les quelques centaines de mètres que nous parcourons en direction de la cathédrale je ne peux m'empêcher de penser qu'elle a été construite il y  a mille ans.

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge   La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge
    La cathédrale Notre Dame de Laon dite de transition entre le style roman vers le style gothique a été construite de 1155 à 1235.
    Elle fût édifiée par l'évêque Gautier de Mortagne.
    Elle comprend 5 tours sur les 7 prévues initialement.

    Caractéristiques:

    • Longueur : 110,50 m
    • Largeur : 30,65 m
    • Hauteur sous voûte de la nef : 26m
    • Hauteur des tours de la façade occidentale: 56 m
    • Hauteur de la tour de la façade nord du transept : 56 m
    • Hauteur de la tour de la façade sud du transept : 60 m

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    Faire l'ascension par un escalier étroit d'une tour d'une cathédrale est un moment qui demande quelques efforts, mais qui débouche sur une vue exceptionnelle sur 360°.

     

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge
    L'histoire de Laon a commencé à  l'époque gallo romaine. St Rémi de Reims en fît un évêché au VI ème siècle.
    Vers 1150, la cité atteint son apogée, construction de la cathédrale, le quartier canonial, la ville se fortifie, abrite 3 abbayes, 16 églises,    2 commanderies, 1  palais royal, 2 hôtels dieu. En contre bas, les faubourgs  occupent une forte activité agricole, notamment la production du vin.

     

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    Le quartier canonial:

    A l'époque carolingienne  autour des cathédrales
    sont construits  des bâtiments, réfectoires, dortoirs, celliers.... pour abriter le collège (chapitre) de chanoines.
    Mais progressivement les chanoines ont quitté leur vie commune pour habiter dans des maisons individuelles.

    Les bâtiments encerclés montrent l'importance de la propriété d'un chanoine. 
    Elle abritait aussi le personnel officiel et officieux.                                                          

    Chaque quartier possédait son église, les habitants  avaient à charge son entretien

    flèches blanches:
    Face à la cathédrale ancienne église avec à droite le choeur.                                                                  

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

     

    Façade de la maison de chanoine citée au dessus (quartier canonial)

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    Lorsque l'on arpente ces vielles ruelles étroites, on a vraiment la sensation de faire un retour en arrière de plusieurs siècles.

     

    Les nombreuses portes présentent dans les différents quartiers étaient fermées pour la nuit.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ces 3 photos prisent dans la cour d'une co-propriété montrent le charme des maisons de
    cette époque

    La batisse avec le magnifique balcon était autrefois un hôtel.

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

    La cité médiévale de Laon. Aux portes du moyen âge

     

    Le cloitre de la cathédrale

    Kiosque Laon
    Kiosque à musique

     

    Notre visite est loin d'être terminée, la ville renferme 80 monuments classés.
    A bientôt pour la suite de la visite

    Office du tourisme
    Site de la ville de Laon

    Pin It

    18 commentaires

  • Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

     

    Il y a des visites qui vous marquent au plus profond de vous même,
    Nous sommes allés avec mon épouse à Guise, commune de la Thierache au nord de l'Aisne.

    Une ville de province comme il en existe beaucoup en France.
    Guise est la ville où été implanté l'usine des fameux poêles  en fonte, Godin .
    Au delà de ces chauffages au bois et  charbon et principalement ces cuisinières qui ont trôné dans de nombreuses cuisines durant plus d'un siècle, je vais vous parler de Jean Baptiste André Godin homme d'exception né sous le second empire (1817 - 1888).

    Jean Baptiste André Godin aux idées utopiques est allé au bout de ses ambitions. Ce qu'il est un fait  unique en France et probablement au monde.

    VOICI  L'HISTOIRE D'UNE UTOPIE RÉALISÉE
    Issu d'un milieu modeste il s'initie très tôt au travail des métaux chez son père, artisan serrurier.
    Afin de perfectionner son métier de serrurier,  il fait un tour de France comme compagnon du devoir.
    Nous sommes en pleine révolution industrielle, il découvre les conditions effroyables de la classe prolétarienne, pénibilité du travail, manque de logement.... Cette vision de cette main d'oeuvre tant exploité l'a beaucoup affecté et s'était juré que si ses projets se réalisaient il améliorerait les conditions de travail de son personnel.

    En 1840, il crée un petit atelier, 6 ans plus tard il y a 30 ouvriers. En 1856  ils sont 330.

    Il se transforme en architecte et rédige un cahier des charges pour réaliser un lieu d'habitat communautaire qui s'appellera  "Palais social",  ensuite Familistère. Son désir est d'apporter à ses ouvriers, un hébergement où il fera bon vivre. Il appellera cela " l'équivalent de la richesse".
    Les ouvriers disposeront à côté de leur usine d'un appartement avec un confort unique pour l'époque avec commerces, services, école, théâtre, piscine et jardins....
    Ses idées utopiques inspirées du philosophe Charles Fourier le fait passer pour un illuminé par la bourgeoisie.
    A l'époque afin de garder  une main d'oeuvre qualifiée  de nombreuses industries créent  pour leurs employés des cités ouvrières comme par exemple les corons dans les villes minières, mais bien souvent  les habitations isolées étaient  loin du  lieu de travail.
    Jean Baptiste André Godin ne voulait en aucun cas proposer à son personnel ces conditions qu'il avait vu lors de son tour de France du compagnonnage.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

     

     

     

     






    Guise. Jean Baptiste Godin un homme exceptionnel

    Maquette des différents bâtiments annexes à l'usine. ( Cliquez pour agrandir)

    Le familistère (entre 1859 et 1884) est composé de 3 ensembles de bâtiments sur 3 étages disposant chacun d'une immense cour centrale recouverte d'une verrière. L'ensemble représente 350 appartements.

    L'école (1870)est laïque, gratuite et obligatoire jusque 14ans ( en avance sur Jules Ferry)
    Derrière le familistère il crée une nourricerie-pouponnat (disparu aujourd'hui) et  un bambinat pour les 4 à 6 ans.

    Les économats comprennent tous les commerces alimentaires, salles de jeu, écurie, étable, basse cour, porcherie. Tous les employés et leur famille disposent de tous les produits de la vie courante. Une faible marge est uniquement prélevée pour payer le personnel. Pour exemple le loyer représenté environ 5% du salaire. Le temps de travail était inférieur a la moyenne nationale et les salaires plus élevés.


    Le théâtre (1870) pouvait accueillir à l'époque un millier de personnes, les distractions étaient multiples, société de musique, troupe théâtrale, comédies ou drames, concerts et conférences.


    La buanderie, la piscine. Soucieux de l'hygiène et de la santé ce lieu était alimenté par l'eau chaude fournie par la fonderie de l'usine. La buanderie disposait d'une évacuation d'eau et d'un vaste  séchoir à linge. Des cabines de bain étaient à la disposition des habitants du familistère.
    L’élément le plus spectaculaire est sans nul doute la piscine de 50m2 d'une profondeur de 2.50m disposant d'un plancher relié à un  treuil permettant d'adapter la hauteur suivant l'âge des enfants.
    Plus de détails

    En 1880 il crée l'association coopérative  permettant aux employés de les associer aux bénéfices, à la gestion et aux décisions. Elle fonctionnera jusque 1968.

     

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    De très gros travaux de rénovation sont entrepris, le pavage de la place est totalement refait en format brique couleur anthracite, rappelant la couleur des résidus de fonte qui servaient à recouvrir les routes.
    En fond les 3 ailes du familistère.

     

     

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Au centre de la place la statue de J.B.A Godin érigée 1 an après sa mort.
    A l'arrière l'aile gauche du familistère.

     

     

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Les 3 cours intérieurs étaient un lieu de vie, chacune était reliée entre elle.
    Il n'y avait aucune distinction hiérarchique dans l' attribution de logement. Le critère étaient le nombre de personnes par famille.
    Afin d'offrir une clarté identique pour les 4 niveaux  la taille des fenêtres était plus grande en bas qu'en haut.
    Aux 4 angles un escalier était à la disposition des familistériens.
    Construit sur une zone marécageuse, un procédé d'aération élaboré dans le soubassement et  la verrière permettait de stopper tout problème d'humidité.
    Aujourd'hui 2 des 3 ailes du familistère ont été refait a neuf. Le bâtiment central renferme le musée. A ce jour il reste encore 3 appartements d'occupés.
    Deux appartements ont été reconstitué, un de l'époque et l'autre des années 60.

     

    Appartement d'époque
    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.
    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Les appartements étaient modulables, 1, 2, 3 ou 4 grandes pièces.  Ces pièces  faisaient 15 à 20m2 chacune.
    Chaque étage possédait un point d'eau et des WC hommes et femmes ainsi qu'un vide ordures.
    Les appartements avaient une vue sur la cour et sur la place.

     

    Appartement de J.B.A. Godin situé sur l'aile droite du familistèreGuise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Cette appartement a caractère bourgeois est composé d'un bureau, salon, salle à manger, chambre à coucher et cuisine.
    Les fenêtres donnent sur la place. Il sert également de lieu de réunion, bureau de rédaction du journal du Familistère  et salle de réception des visiteurs du Palais Social.

     

     

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.
    Le théâtre avec l'école à droite et à gauche en arrière plan, ainsi que la bibliothèque.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.
    Arrière de l'école devenue école communale depuis 1968

     

    La buanderie et la piscine

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

     

    L'exposition de poêle Godin au musée 

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.     Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.      Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.      Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.
    Une magnifique exposition de poêles en fonte avec à droite des poêles jouets.
    L'usine Godin a produit près de 4000 modèles de poêles.

     

     L'aile gauche du familistère(Vue arrière)
    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    C'est la première construction du familistère avec une centaine d'appartements.
    En 1914 , le bâtiment est entièrement incendié par les allemands, 10 ans après il sera reconstruit dans une architecture différente.
    A ce jour un projet d'aménagement  est prévu: Gites et chambres d'hôte.
    A l'époque 2 autres bâtiments furent construits portant à 500 le nombre d'appartements

     

    Le jardin d'ornement
    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Situé entre l'usine et le familistèrele jardin permettait aux ouvriers de s'oxygéner lors des pauses. Son emplacement empêchait les fumées de l'usine d'aller vers le familistère.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.
    Au fond du jardin un mausolée est érigée sur la tombe de J.B.A. Godin.

    Guise et son familistère. Jean Baptiste Godin un homme d'exception.

    Un potager et un verger permettaient de fournir fruits et légumes aux habitants. ( Pour info l'abri à insectes n'est pas d'époque)
    A l'arrière du familistère se trouve également le jardin de la presqu'île de 10 hectares

     

     Malheureusement nous n'avons pas tout visité, nous avons encore beaucoup de choses à voir: le théâtre, le jardin de la presqu'île, le kiosque à musique, les sous sols....
    Si cet article vous a plu et que vous en avez la possibilité,  je vous invite a consacrer une bonne journée pour découvrir ce site qui est  le plus visité de l'Aisne.
    Cette vision en avance sur son temps de cette vie communautaire qu'à offert J.B.A. Godin a ses employés amène quelques réflexions sur ce qu'est devenue cette cohabitation dans nos banlieues.
    Il faut à mon avis retenir l'époque. C'était il y  a 150 ans.

    Le familistère de Guise - Aisne
    Tél: 03.23.61 35 36
    Site officiel:  http://www.familistere.com/
    Site  Wikipédia

     

    Vidéo JTT

    Quelques dates
    1817 : Naissance de Godin à Esquéhéries (Aisne).
    1840 : Mariage de Godin avec Esther Lemaire ; fondation d’un atelier de poêlerie.
    1842 : Découverte par Godin de la doctrine fouriériste.
    1846 : Installation de la fonderie Godin-Lemaire à Guise avec 30 employés.
    1851 : Godin gérant de la colonie phalanstérienne de Réunion au Texas.
    1852 : Fondation d’une usine à côté de Bruxelles ; création d’une caisse d’assurance maladie à l’usine.
    1856 : Aménagement du jardin d’agrément.
    1859 : Construction de l’aile gauche et des économats du Palais social.
    1863 : Première Fête de l’enfance.
    1866 : Construction du pavillon central et de la nourricerie-pouponnat.
    1867 : Première Fête du travail au Familistère, le 2 juin.
    1870 : Construction du théâtre, des écoles et de la buanderie-piscine ; premiers essais de répartition des bénéfices avec les employés.
    1871 : Godin élu député de l’Aisne ; publication de Solutions sociales.
    1877 : Construction de l’aile droite du Palais social.
    1878 : 1200 habitants au Familistère.
    1878 : Création de l’hebdomadaire Le Devoir.
    1880 : Fondation de l’Association coopérative du capital et du travail.
    1882 : Production annuelle de 100 000 appareils et 130 000 objets divers.
    1884 : Construction du pavillon Cambrai.
    1886 : Mariage de Godin avec Marie Moret.
    1885 : 1750 habitants au Familistère.
    1887 : 1500 employés aux usines de Guise et Bruxelles.
    1888 : Construction du Familistère de Bruxelles.
    1888 : Mort de Godin au Familistère.

    Quelques chiffres
    En 1846, 6ans après la création de son atelier, il a 30 employés.
    Fin des années 1900, ils sont 1200 employés.
    Avant la 1ère guerre mondiale, l'usine Godin expédie 165 000 poêles par an avec près de 4000 modèles.
    La surface totale des lieux est de 40 hectares
    Avec 500 appartements

    Pin It

    16 commentaires
  • Fère en tardenois, ville de 3285 habitants est située en Picardie dans le département de l'Aisne.
    Patrie de Paul et Camille Claudel, cette petite ville possède quelques curiosités très appréciées par les touristes.
    Comme les villes ayant un passé historique chargé, les ruines du château mérite le détour.

    Office de tourisme du Tardenois

    Fère en Tardenois

    La halle fût construite au XVI ème siècle. Sous le règne d'Anne de Montmorency elle abritait le marché au grains. Durant la guerre 14-18 elle fût transformée en hôpital. Aujourd'hui elle abrite le marché.

    Fère en Tardenois

    Le parc des Bruyères avec ses 2 plans d'eau, lieu de détente et de pêche. Curieusement on trouve dans la région du sable et du grès.

    Fère en Tardenois

    Ruines de la forteresse construite en 1206 par Robert le Dreux. La particularité de cette construction c'est la butte artificielle sur laquelle a été édifié le château avec ses 7 tours. En 1528 le roi François 1er en fait don au connétable Anne de montmorency qui transforme la forteresse en résidence.
    En 1779, Philippe l'Egalité fait démolir le château. Depuis 2001 l'édifice fait l'objet d'une restauration.

    Fère en Tardenois

    Le chateau actuel du XVII ème siècle occupé par un hôtel de charme bénéficie d'une vue magnifique sur les ruines de la forteresse.

    Fère en Tardenois

    Vue arrière du complexe hôtelier.

    Pin It

    4 commentaires
  • Le joli petit village de Septmonts se situe à quelques kilomètres de Soissons. Les vieilles pierres qui habillent encore les maisons de ce joli petit village témoins d'un passé chargé en histoire. Mais c'est principalement ce donjon de 43 mètres de haut qui attire l'oeil. Le château de Septmonts était la résidence des évêques de Soissons du XII ème juque la fin du XVII ème siècle. Le donjon a été construit par l'évêque Simon  de Bucy au XIV ème siècle

     

    Site de la commune

    Association des Amis de Septmonts. Sauvegarde du site

     

    Septmonts

    Le panorama est magnifique lorsque l'on monte au 7ème étage du donjon .

    Septmonts

    Septmonts

    L'égilse Saint André date du XV ème siècle.

    Pin It

    6 commentaires
  • Viels Maisons une petite ville de 1000 habitants situé dans l'Aisne à la limite de la Marne et de la Seine et Marne.
    Les jardins de Viels Maisons. Le site

    Accolé à l'église romane du XI ème siècle, le parc de 3 hectares de la demeure de Bertrande de Ladoucette offre aux visiteurs une végétation luxuriante dans des jardins de styles différents: un jardin de curé, à l'Anglaise et romantique.  Sur ce parcours dénivelé de 1 km on peut admirer des arbres admirables, plans d'eau, cascades.....

    Les jardins de Viels maisons sont ouverts tous les jours au public de juin à septembre.

     

    Les jardins de Viels Maisons

    L'église romane du XI ème siècle

     

    Les jardins de Viels Maisons

     

    Les jardins de Viels Maisons

    L'habitation actuelle  était le porche de l'ancien château féodal.

    Les jardins de Viels Maisons

    Les jardins de Viels Maisons

    Les jardins de Viels Maisons

    Les jardins de Viels Maisons

     

     

    Les jardins de Viels Maisons

    En juin à lieu un salon de l'antiquité. ornements de jardins.

      

     

    Page d'accueil           Menu "Bel endroit fleuri"

    Pin It

    16 commentaires
  •  

     

     
       
    Pin It

    1 commentaire
  • Château Thierry, chef lieu d'arrondissement de 14 683 habitants(Source INSEE 2009) situé dans l'Omois en Picardie.

    Château Thierry. Un peu d'histoire

    Château Thierry est la patrie de Jean de la Fontaine. Sa maison natale devenue musée

     

    Château Thierry

    Place de l'hôtel de Ville, on aperçoit en arrière plan les remparts

    Château Thierry

     

    Château Thierry

    Jardin des petits prés. Le kiosque à musique

    Château Thierry

    Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique