• Partage des impots sous forme d'histoire

    En ces temps qui courent, on parle beaucoup du  risque  de fuite de nos  entreprises vers l'étranger.                                                                                                                                                                       Ces explications sur les impôts  faites par un professeur sous forme d'histoire

     explique beaucoup de choses.

     



     Le principe des impôts semble pouvoir s'expliquer par une logique assez simple.
     Mais beaucoup pourtant ne le saisissent toujours pas.
    Comme c'est la saison des taxes, laissez-moi vous l'expliquer en des termes simples que tout le monde peut comprendre.
     Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l'addition totale se monte à 100 euros. (Normalement, cela ferait 10 euros par personne).
     Mais nos dix amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s'inspire du calcul de l'impôt sur le revenu, ce qui donna ceci :
     · Les 4 premiers (les plus pauvres !), ne paient rien.
     · Le cinquième paye 1 euros
     · Le sixième paye 3 euros
    · Le septième paye 7 euros
     · Le huitième paye 12 euros
     · Le neuvième paye 18 euros
     · Le dernier (le plus riche !) paye 59 euros.
    Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblaient assez contents de leur arrangement.
    Jusqu'au jour où le tenancier décida de leur faire une remise de fidélité !
    « Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j'ai décidé de vous faire une remise de 20 euros
    sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80 euros. »
      Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu'ils auraient payé leurs taxes.  Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement.
    Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient diviser les 20 euros de remise de façon équitable ?
     Ils réalisèrent que 20 euros divisé par 6 faisaient 3.33 euros.
    Mais s'ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme devraient être payés pour boire leur bière.
     Le tenancier du bar suggéra qu'il serait plus équitable de réduire l'addition de chacun d'un pourcentage du même ordre, il fit donc les calculs. Ce qui donna ceci :
     · Le 5ème homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien. (un pauvre de plus ? )
     · Le 6ème paya 2 euros au lieu de 3 (33% réduction)
     · Le 7ème paya 5 euros au lieu de 7 (28% de réduction)
     · Le 8ème paya 9 euros au lieu de 12 (25% de réduction)
     · Le 9ème paya 14 euros au lieu de 18 (22% de réduction)
     · Le 10ème paya 50 euros au lieu de 59 euros (16% de réduction)
     Chacun des six « payants » paya moins qu'avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement rejoint par le 5ème.
    Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie : « J'ai seulement eu 1 euros sur les 20 euros de remise », dit le 6ème il désigna le 10ème « lui, il a eu 9 euros ».
    « Ouais ! dit le 5ème, j'ai seulement eu 1 euros d'économie »                                                                                     « C'est vrai ! » s'exclama le 7ème, « pourquoi aurait-il 9 euros alors que je n'en ai eu que 2 ?
    Le plus riche a eu le plus gros de la réduction »
    « Attendez une minute » cria le 1er homme, « nous quatre n'avons rien eu du tout nous.
    Le système exploite les pauvres ». Les 9 hommes cernèrent le 10ème et l'insultèrent.
     La nuit suivante le 10ème homme (le plus riche !) ne vint pas.
    Les neuf autres s'assirent et burent leur bière sans lui. Mais quant vint le moment de payer leur note ils découvrirent quelque chose d'important : ils n'avaient pas assez d'argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l'addition !
     Et cela, mes chers amis, est le strict reflet de notre système d'imposition.
    Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d'une réduction de taxe.
    Taxez les plus fort, accusez-les d'être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais.
      En fait ils vont boire à l'étranger...,
     
    Pour ceux qui ont compris, aucune explication n'est nécessaire.
    Pour ceux qui n'ont pas compris, aucune explication n'est possible.                

    Signé
    David R. Kamerschen
    Professeur d'économie


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    dedegour
    Mercredi 7 Mars 2012 à 07:47

    trés bonne explication du probleme

    2
    Mercredi 7 Mars 2012 à 15:51

    Les démagogues utilisent ce système d'impôt pour monter les uns contre les autres, tout ça pour cacher le véritable fléau de cette société qu'est la spéculation, pendant que le peuple se regarde en chien de faience entre riches et pauvres eux et leurs amis  spécules sur tout, sur des vies, sur de la bouffe, même sur la pauvreté, mais eux les spéculateurs ne sont pas imposé sur la fortune, elle est dans des petits paradis aménagés spécialement

    amicalement

    Claude

    3
    Mercredi 7 Mars 2012 à 16:10

    Bonjour Dedegour et Claude

    Très grave sujet sur lequel on est complètement impuissant, c'est d'ailleurs se qui justifie notre révolte. Ah  si on avait la possibilité de boycotter.

    Cordialement. Gilles

    4
    Bullou 81 Profil de Bullou 81
    Mardi 10 Juillet 2012 à 23:10

    Bonsoir à tous,


    Qu'en termes simples et faciles à comprendre ces choses-là sont dites ! Merci au professeur Kamerschen ! c'est vrai que tout ceci est révoltant . Mais nous sommes des vermisseaux face à un système bien rodé, qui nous dépasse . On peut toujours se révolter ou boycotter, ce sera toujours la lutte du pot de terre contre le pot de fer . Nous sommes complètement manipulés . Quel choix avons-nous ? Subir en silence, ou en manifestant, ce qui revient au même quant au résultat, ou bien s'unir à grande échelle et faire une nouvelle Révolution qui détruirait toute cette hypocrisie et cette injustice et permettrait de repartir sur un bon pied ?


    Ah ça ira, ça ira, ça ira, les spéculateurs à la lanterne,ah ça ira, ça ira, ça ira, les spéculateurs on les pendra !


    Bien tristement, Bullou .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :